Push to pass, l'ambitieux plan de PSA

Publié le par Futura

Après Back In The Race, le premier plan de PSA pour réduire la voilure et revenir dans le vert, Carlos Tavares - PDG du groupe - a dévoilé hier Push To Pass. Derrière ce nom se cache des objectifs de croissance et de rentabilité plutôt ambitieux qui visent à stabiliser la situation du groupe et à faire oublier ses dernières errances financières.

Concrètement, l'objectif n°1 est désormais d'atteindre une marge opérationnelle de 4% pour la branche automobile entre 2016 et 2018, qui devra ensuite atteindre 6% à l'horizon 2021. Cela passe entre autre par la réduction des coûts, le groupe souhaitant réaliser des économies de 700€/véhicules, ce qui est loin d'être inatteignable. Autre annonce du plan le retour des dividendes pour les actionnaires, à hauteur de 25%.

Mais comment PSA compte-t-il s'y prendre ? Ce plan s'articule autour d'une politique produit beaucoup plus agressive qu'actuellement. Si les dernières années ont été marquées par la suppression des modèles les moins rentables, désormais le groupe passe à la vitesse supérieure et prévoit de lancer 34 nouveaux modèles, dont 26 véhicules particuliers et 8 utilitaires. La surprise, c'est que parmi eux figurera bel et bien un pick-up.

Autre annonce, concernant cette fois la technologie employée : sur les 34 véhicules annoncés, 7 seront dotés de la technologie hybride rechargeable et 4 seront électriques. La conduite autonome devrait également faire son apparition en deux étapes, baptisées "hands off" (2020) et "eyes off" (2021).

Pour conserver l'attention sur le groupe, on prévoit ainsi de lancer un nouveau modèle par marque, par an et par région ! Par marque, le groupe prévoit désormais :

Pour Peugeot

20% des profits de la marque devront être réalisés par la vente de modèles haut de gamme, à l'image des GT et GTI. On peut donc raisonnablement s'attendre à quelques nouveautés de ce côté-là.

Pour Citroën

Quelque peu délaissée depuis 2012, PSA prévoit un accroissement des volumes de la marque aux doubles chevons de 30% par rapport à l'année 2015. La marque devrait être "recentrée sur l'humain" et aura droit à 12 nouveaux modèles d'ici 2021, dont 7 avant 2018. Des lancements qui ne seront pas de trop pour renouveler une gamme aujourd'hui majoritairement composée de modèles à mi-vie ou en extrême fin de carrière comme la C5.

Pour DS

La marque premium du groupe recevra 5 nouveaux modèles d'ici 2021 et devrait inaugurer un service de conciergerie baptisé "DS always by my side".

Le retour du groupe aux Etats-Unis

Il sera organisé à partir d'un plan spécifique de 10 ans, en 3 étapes. La première avec des services de mobilité, éventuellement en partenariat avec le groupe Bolloré, qui serait alors un moyen de "comprendre le client, la régulation et de prendre le pouls de ce grand marché". Si cette première étape est réussie, la seconde phase sera l'intégration des automobiles PSA dans les solutions de mobilité. Enfin, si les deux premières étapes sont des succès, le groupe passera alors à la vente de véhicules aux Etats-Unis.

Toujours dans la production, PSA cherche à construire une usine en Algérie pour alimenter le marché local, le pays interdisant les importations pour privilégier les véhicules assemblés sur place.

Enfin, Push to Pass s'accompagne d'une toute nouvelle identité visuelle du groupe, qui abandonne le nom PSA Peugeot Citroën au profit de PSA Groupe, plus représentatif des activités qui vont désormais de la production d'automobiles Peugeot, Citroën et DS à la vente de pièces détachées via le site Internet Mister Auto en passant par les services.

Publié dans Peugeot

Commenter cet article