Arrêt de production en vue pour les DS 4 et DS 5

Publié le par Futura

Le récent lancement du DS 7 Crossback, premier SUV européen de DS, marque le début du renouveau pour DS. Accompagnant cette nouvelle stratégie, l'offre de la marque va évoluer et se passer des anonymes DS 4 et DS 5 dès le mois de mai.

A son arrivée en 2011, la DS 4 était la deuxième pierre de la fusée DS, inaugurée 1 an plus tôt par la DS 3. Comme sa petite sœur, la DS 4 est dérivée d'une autre Citroën : la C4, avec laquelle elle partage sa plateforme et sa planche de bord. Moins longue, la DS 4 était néanmoins plus haute que sa cousine aux chevrons mais aussi plus agréable à conduire grâce à un châssis revu et corrigé. Las, si la C4 n'a pas rencontré le succès à cause d'un style relativement anonyme, la DS 4 a raté sa cible faute d'une conception suffisamment aboutie et de vitres arrière fixes, un cas unique dans la catégorie que la marque a eu bien du mal à expliquer. Ni vraiment berline, ni vraiment coupé, la voiture souffrait aussi d'un rapport prix/équipements qui la plaçait directement en face des compactes premiums telles que l'Audi A3 ou la BMW Serie 1 pour ne citer que celles-là.

Alors que la C4 vient de mourir sans remplaçante directe avant 2021, la DS 4 subira le même sort puisque le nouvel opus mettra également quelques années à arriver, le temps que le DS 3 Crossback fasse son trou. Seulement 11 746 DS 4 ont trouvé preneur en Europe en 2017, sur un total de 146 000 exemplaires produits. Des chiffres à des années lumières des meilleures représentantes du segment...

La DS 4 renaîtra bientôt, sous la forme d'une berline plus conventionnelle.

Première DS non-dérivée d'une Citroën, la DS 5 était quant à elle porteuse de nombreux espoirs. Style osé, qualités routières indéniables, finition soignée, la familiale de DS s'offrait de nombreuses qualités pour séduire. Malheureusement, elle-aussi subira quelques aléas : un équipement trop proche des berlines Peugeot et Citroën conventionnelles, des tarifs un brin prétentieux et quelques originalités comme l'impossibilité d'opter pour un habillage intégral de la planche de bord en cuir (disponible sur DS 4) ou de recevoir un système de freinage automatique d'urgence que l'on retrouvait pourtant sur la DS 3 ou la Peugeot 208. La DS 5 déçut aussi pour la qualité de son amortissement, trop ferme sur les premières séries et qui tranchait singulièrement avec celui - royal - de la Citroën C5 avec laquelle elle cohabitait au début.

Contrairement à la DS 4, la DS 5 restera unique dans l'histoire de DS puisqu'aucun modèle n'est prévu pour la remplacer. 5 738 exemplaires ont été vendus en Europe l'an passé, sur un total d'un peu plus de 79 000 exemplaires produits.

Peut être trop originale sur un segment conservateur, pas assez différente des autres berlines PSA sur le plan de l'équipement et des motorisations, la DS 5 rejoindra la Citroën C6 dans le musée des voitures originales ayant connues une carrière bien anonyme.

Publié dans DS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Shana 19/04/2020 21:03

J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo) Au plaisir.

Vive Renault ! Vive la France ! 06/06/2019 17:37

Dommage pour la DS 5, qui avait un design vraiment sympa. Cela dit, j'en croise assez régulièrement, ce n'est pas non plus un flop à la C6.

La DS4 a un look sympa, mais l'intérieur est vraiment pauvre (et cheap), la DS3 ayant elle une présentation intérieure bien meilleure.

Globalement, le problème vient selon moi de n'avoir pas clairement mis DS comme marque réellement premium, avec prix, motorisations et surtout finitions à l'avenant (tout en restant niveau tarif en déçà des allemands, manque d'image oblige). Bref, encore une fois chez les français on fait les choses à moitié et après on s'étonne que cela ne marche pas.

De même la C6, a souffert tant de ses blocs moteurs, que d'une finition trop loin de celles de BMW, Mercedes et Audi. Problème classique tant chez PSA que chez Renault (qui plombe en prime un peu plus son image d'être associé à Dacia et Lada, pour espérer vendre du premium). Une C6 avec des motorisations V6 de 250 voire 300 ou 400 ch couplé une grosse qualité de fabrication (matériaux, assemblage) et un intérieur vraiment luxueux aurait pu avoir un autre destin et peut être percer. Le design était et reste vraiment classe. Du (gros) gâchis !