L'histoire du duo LN/LNA, les mal-aimées de chez Citroën

Publié le par Futura

Poussé à la faillite pour la très coûteuse SM, le bi-rotor qui n'a jamais pu être rentabilisé ou encore le lancement de l'innovante CX en 1974, Citroën est absorbé par Peugeot en 1976. Le rapprochement entre ces deux constructeurs que tout oppose laisse plus d'un commentateur perplexe sur l'avenir de la marque aux deux chevrons. Là où Citroën s'avère être un constructeur très innovant, toujours en avance sur la concurrence, Peugeot joue plutôt la carte de la sécurité, en utilisant le plus possible de solutions ultra-éprouvées, ce qui a d'ailleurs fini par payer... Le premier "fruit" de cette union est la "nouvelle" Citroën LN, ou plutôt le fruit du mariage forcé entre la doyenne des automobiles françaises, la très populaire 2cv, et la mini citadine qui se veut être la concurrente de la très réussie Renault 5, la 104.

La LN, pas si nouvelle que ça

On s'en aperçoit vite lorsqu'on la voit, la LN est à peu près tout sauf une Citroën. Ici, point de lignes innovantes et aucune innovation, c'est une simple 104 citroënisée, qui va d'ailleurs laisser craindre le pire pour Citroën. Pour Peugeot, l'objectif est simple : produire plusieurs fois la même voiture sous plusieurs badges afin de la rentabiliser au maximum. La marque au lion y voit aussi une occasion de diversifier les productions de Citroën.

Quoi qu'il en soit, cette Peugeot rebadgée, tout comme celles qui suivront (Visa ou encore Saxo), va faire beaucoup de mal à l'image de Citroën. Il est également à noter que le lancement de la LN coincide avec une longue traversée du désert dont Citroën se sortira furtivement avec la BX en 1982 puis définitivement avec ... la C3 en 2002 !

En approchant cette LN, outre le style Peugeot, on remarque la présence d'un objet par contre typiquement Citroën : le volant monobranche ! C'est la seule originalité de cette voiture par rapport à la 104. Autre originalité, cette fois sous le capot, elle peut embarquer le bicylindre de la 2cv6, un bloc gonflé à ... 36 ch.

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp80.jpgLa 104 symbolise la fin des vraies Citroën, et accessoirement une véritable humiliation pour une marque qui, après avoir tant innové, tant symbolisé le savoir-faire français, se retrouve à fabriquer des Peugeot rebadgées, qui plus est une des voitures les plus classiques. Notez que pour masquer ses origines, la LN a opté pour des projecteurs provenant de la Dyane.

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp81.jpgBien que ce soit une simple Peugeot, la LN peut être considérée comme la toute première citadine de la marque. Son succès sera si modeste que Citroën ne lui offrira une véritable remplaçante ... que fin-2002 avec le lancement de la C2 !

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp82.jpgEn matière de citadine, si la 104 aura beaucoup de mal à contrer la très réussie Renault 5, la LN sera condamnée à jouer les seconds rôles : pas plus de 130 000 exemplaires seront vendues en 1976 et 1982...

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp83.jpgLe tableau de bord est issu de la 104. Seule originalité : le volant monobranche. Effectivement, pour faire de l'ombre à la jolie Renault 5, c'était mal parti.

Une carrière discrète

Une fois lancée en août 1976, l'accueil de cette nouvelle Citroën s'avère assez frais. Certains y voient le début de la fin de la marque aux chevrons, d'autres le début d'une nouvelle ère. Cette voiture se présente également comme une possible concurrente interne de la vieillissante 2cv. Voulue citadine, elle ne reçoit ni la gaieté d'une Renault 5 ni l'équipement d'une 104 haut de gamme. Une seule touche de couleur dans l'habitacle : la couleur de la sellerie, en tissu pieds de coqs en option, qu'on retrouvera quelques années plus tard sur la 2cv6 Charleston.

Les ventes sont à ce point mauvaises que dès novembre 1978, la LN évolue et devient LNA.

Puis la LN devient LNA

En novembre 1978 la petite Citroën est restylée. Elle reçoit une nouvelle calandre, de nouveaux rétroviseurs, des pare-choc plus enveloppants et désormais en plastique. Sous le capot prend place le bicylindre de la récente Visa, qui développe 36 ch. L'acheteur peut néanmoins opter pour une mécanique plus vive en prenant le 1.1 XW présent sur la Peugeot 104 et qui développe 50 ch.

La LNA apparaît plus moderne que la LN, de là à dire qu'elle est plus attractive que certaines de ses concurrentes...

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp85.jpgLe profil est rectiligne, privilégiant l'habitabilité.

http://i28.servimg.com/u/f28/14/88/53/89/autowp86.jpg

L'auto recevra par la suite des pare-chocs plus épais, citadine oblige. On est en revanche loin des pratiques boucliers de la Renault 5.

Face à une Renault 5 dotée d'une très forte personnalité et étouffée par ses soeurs Peugeot et Talbot, la petite Citroën peine toujours autant à séduire. Citroën lance alors les LNA Club et Cannelle, respectivement en septembre 1981 et janvier 1983, dotées d'une finition plus élaborée, d'un style plus valorisant et mieux équipées. Elle peut aussi recevoir, outre un pré-cablage pour l'autoradio, des appuis-tête mais aussi des vitres électriques, quel luxe !

Une fin à l'image de l'ensemble de sa carrière

A partir de 1985, la LNA se fait de plus en plus discrète. Si la Renault 5 est devenue Supercinq, la LNA quant à elle, a vieillie et marque désormais le pas. Là où la Visa s'est reconvertie en bombinette ou alternative aux 205, la citadine n'a plus beaucoup d'arguments. Ni la Visa, ni la LNA n'ont séduits, aussi décide t-on que la remplaçante de la 2cv ... remplacera aussi les Visa et LNA. La direction y voit d'intéressantes économies d'une part (3 modèles remplacés par un seul), d'autre part une réduction drastique de la gamme (plus de vrai bas de gamme et de citadine). En octobre 1986, au mondial de l'automobile de Paris, Citroën présente sa dernière née : l'AX. Dès lors, la présence de la LNA ne se justifie plus et elle disparaît à la rentrée 1986, en même temps d'ailleurs que sa cousine Talbot Samba. Sa cousine de chez Peugeot, gravement atteinte également, s'éteindra en octobre 1988. Au final, 353 383 exemplaires du duo LN/LNA auront été produits, contre 1 624 992 Peugeot 104, ce qui vous laisse imaginer à quel point la Citroën a été appréciée...

Publié dans Citroën

Commenter cet article

Freditane 09/12/2015 08:24

Chouette article ! Cependant je ne sais pas si on peut vraiment dire que Peugeot a tué l'innovation chez Citroën... Je pense que ce qui a tué l'innovation chez Citroën c'est l'innovation en elle-même ! Il ne faut pas oublier que si Peugeot a fini par absorber Citroën, c'est parce que la marque aux chevrons était devenue un gouffre financier ! Citroën a toujours dépensé sans compter, pour l'innovation certes, mais ça coûte ! Si on rajoute à ça des idées qui auront été plus coûteuses que d'autres (la SM...), il n'y avait pas des masses de choix pour la marque : être rachetée ou mourir ! Et pour éviter que Citroën ne tombe aux mains d'une marque étrangère lors d'un rachat, on a quasiment forcé Peugeot à reprendre la marque. Ce qui bien sûr n'intéressait pas spécialement la marque au lion à la base ! Bref, il y a eu quelques errements, c'est un fait, la rationalisation aura presque fait perdre à Citroën son âme, les LN clones de 104 en sont le parfait exemple. Mais on peut laisser ça à Peugeot : au moins la marque a survécu ;)

Futura 11/12/2015 11:09

Merci beaucoup pour votre commentaire :-)
Effectivement, l'innovation chez Citroën a rarement été synonyme de rentabilité, déjà en 1934 le lancement de la Traction avait ruiné Citroën... Cela dit, au moment du rachat de Citroën par Peugeot (qu'on a effectivement forcé puisqu'à la base, c'était Fiat qui voulait racheter), on est passé pour ainsi dire du coq à l'âne. La marque a certes survécu, mais ce fut au prix d'une errance qui dura près de 20 ans, jusque dans les années 1990. Avec le recul, on a plutôt l'impression que le duo LN/LNA était davantage là pour remplir le catalogue que pour se vendre, je n'ose pas imaginer l'impact qu'il a du avoir sur l'image de marque. Passer des SM et GS aux 104 rebadgées a du dérouter pas mal d'acheteurs.

Patrice 26/08/2012 08:42

Bonjour, je me permets de relever une petite erreur dans un de vos articles, concernant la citroën LN/LNA. Vous indiquez qu'en '78, la LN devient LNA avec un restylage ext et qu'elle a le nouveau
bi-cylindre de la visa. Que néni!!!!!! Ayant eu une LN puis une LNA, ce n'est pas du tout le même moteur sous le capot!!! Cette dernière à sous le capot le moteur 4 cylindres "TU" de 1,1L (de 48Ch
il me semble, à vérifier) de la peugeot 104, également monté sur la renault R14. Ce moteur sera sur les 1ère peugeot 205.
Merci de votre compréhension!
Cordialement,
Patrice.

Futura 20/08/2016 09:03

Ah oui effectivement, vous avez entièrement raison. ^^, J'avais oublié ce léger détail qui fait pourtant toute la différence. Merci beaucoup, je vais modifier.

Karagheuz 25/07/2016 15:44

Bonjour,
Je me permets aussi de souligner une petite erreur en début d'article.
Le bicylindre de la LN est celui de la Dyane (il a la "soufflante" : la turbine crée une surpression d'air au carburateur pour gagner un peu de puissance).
Il a été modifié (volant moteur plus lourd principalement) pour avoir un peu plus de couple au détriment de la puissance.
Les 2cv n'ont jamais eu la soufflante en France et leurs moteurs ont développé 29cv au maximum. Comme vous l'avez écrit par la suite, c'est le bloc de la Visa qui apportera 36cv.
Merci pour ce joli article.

Futura 26/08/2012 10:47



Bonjour, merci de m'informer de cette petite mais importante erreur que je vais corriger très rapidement.


En effet, la LNA pouvait disposer au choix du bicylindre de la Visa ou du moteur de la Peugeot 104, un moteur de la famille XW.


Pour la petite histoire, le moteur TU sera innauguré par la Citroën AX en 1986 puis monté jusqu'en 2011 sur les petites voitures du groupe PSA comme la Peugeot 206.



Johan 13/11/2011 00:23


Mon père a une LNA, il s'en sert pour le boulot parce que là où il travaille, c'est super salissant. il lui fallait une auto pour aller à l'usine quoi. On l'a depuis 1991 et à l'époque, on l'avait
acheté pour 7500F. En monnaie constante, ca fait environ 1100€.

Elle est de 1979 et son moteur est un 652cm3. Comme lui, je préfère celles qui ont le moteur dérivé de la 2Cv plutôt que les dernières produites qui ont un moteur de Peugeot 104.

Elle roule encore hein lol! Bon, comme il dit que l'embrayage est un peu capricieux, pour ne pas employer de termes grossier^^. N'empêche qu'elle est super pratique. On s'en sert aussi comme
utilitaire et la LNA nous rends bien service depuis qu'on l'a.

Au début, je n'aimais pas cette auto mais au fil des années, je m'y suis attaché.