Rover 100 Kensinghton/Chelsea : baroud d'honneur de l'Austin Métro

Publié par Futura

Première page de cette nouvelle catégorie, la Rover 100 Kensinghton deviendra Chelsea en 1997 avec l'arrêt définitif de la 100.

Bref rappel

La Rover 100 rappellera sûrement une certaine Austin aux passionnés de voitures anglaises. En effet, la Rover 100 n'est qu'un dérivé de l'Austin Métro. Une fois cette dernière restylée et rebadgée Rover, British Leyland s'est débarrassé de la marque Austin. Néanmoins, personne ne fut dupe, et la Rover eu droit à un succès certes modeste, mais qui aurait pu être bien plus important si elle avait été mieux modernisée...

Quoi qu'il en soit, la 100 permet de combler un ide important dans la gamme Rover. Avec ses tarifs extrêmement bas (elle était par exemple beaucoup moins cher qu'une Peugeot 106), la Rover permet de ne pas laisser le bas de gamme en friche. C'est ainsi que la Métro va se maintenir jusqu'en 1998. Restylée en 1995, la Rover aura malgré tout de plus en plus de mal à faire oublier sa date de naissance (qui remonte à Octobre 1980!) et finira par disparaître avec les séries spéciales Kensinghton et Chelsea.

La Kensington

Présentée en 1996, cette série annonce la fin de la Métro. Disponible uniquement en 3 portes dans un premier temps, elle a pour elle un équipement complet et des tarifs imbattables (sans oublier son joli minois, même s'il peine a faire oublier qu'elle a 16 ans...).
Justement, que propose t-elle de plus? Extérieurement, pas grand chose me direz vous. Les boucliers sont peints du ton de la carrosserie, le hayon a droit à un logo spécifique ainsi qu'à un essuie-glace, des baguettes de portière (que la Renault Twingo ne possède pas encore en série....) et des enjoliveurs intégraux spécifiques, qui ajoutent une touche de modernité à l'ensemble. Extérieurement; la Rover 100 se montre donc assez moderne, sinon agréable à voir.
C'est en revanche à l'intérieur que l'on perçoit le mieux les rides incontestable de la voiture : contre-porte très simple (voir rustique), tableau de bord dessiné à la règle (typique des années 1980), finition globalement à revoir, style austère. Néanmoins, cette Rover se plie en 4 pour apporter un peu de confort. La Kensington sera d'ailleurs certainement la plus réussie du point de vue habitacle. Ainsi, on retrouve une sellerie spécifique tissu "Glacier" avec panneaux de portes assortis, des vitres électriques en série, une boite à gant éclairée, un miroir de courtoisie pour le passager ainsi qu'un pré-équipement radio. L'intérieur se veut donc chaleureux à souhait.

C'est du coté des tarifs que la meilleure surprise vous attends : simplement imbattables. En effet, le prix de base est de 57 300F, à un moment ou la Renault Twingo en vaut 59 300F et la Peugeot 106 59 400F!
Du coté des options, la Rover 100 ne se moque pas du monde, avec la peinture métallisée pour 1 650F et surtout l'airbag conducteur (!) pour 3 050F!
Coté motorisation, il n'y a pas tellement de choix possible : ce sera le 1.1 essence de 60ch qui fera l'affaire ! Gros bémol sur une voiture de la taille de la Rover 100 : l'indisponibilité de la direction assistée.

En notera qu'en 1997, la version 5 portes reviendra au catalogue, la Rover 100 Kensington devenant à ce moment là Chelsea.

La Chelsea

Justement, la Chelsea sort en Juillet 1997. Disponible en 3 et 5 portes, c'est elle qui  va accompagner jusqu'au bout la Rover 100.

La Chelsea ne distingue que très peu de la Kensington. En effet, seuls un logo spécifique ainsi que des inserts bois sur la planche de bord et les contre-portes les différencies !

La vraie différence demeure dans les prix : 49 900F en 3 portes et 53 900F pour la 5 portes, des prix nettement supérieurs à la version qu'elle remplace. Aussi, face à cela, Rover ramène le prix de la 3 portes à 42 900F entre Septembre et Décembre 1997. Pour comparaison, à la même époque, une Peugeot 106 Kid de base valait tout de même 59 400F, même s'il est vrai qu'elle était infiniment plus moderne. Coté équipement et options, rien de ne bouge, pas même les tarifs des options. Les motorisations non plus d'ailleurs, toujours le 1.1 essence de 60ch.
C'est avec la Chelsea que la Rover 100 prendra définitivement sa retraite en Juin 1998, après 18 ans de carrière. Une retraite bien méritée puisque 2 078 218 exemplaires auront été construits, en comptant l'Austin Métro et la version sport de MG. Il faudra attendre 2003 pour la Rover 100 trouve son successeur : la CityRover, directement dérivée de la Tata Indica.


Ci-dessous, la galerie d'image consacré aux Rover 100 Kensington et Chelsa (la Chelsea est celle ou on voit des placages bois sur le tableau de bord ainsi que sur les contre-portes).