Bye-bye la Citroën C5 ?

Publié le par Futura

Après l’abandon programmé de la légendaire suspension hydropneumatique qui a fait les beaux jours des routières de la marque, Citroën aurait décidé de tourner une autre page de son histoire en quittant le segment des familiales.

C’est un secret de polichinelle, la C5 de deuxième génération n’a pas aussi bien marchée que ce qui était initialement envisagé. Jugez plutôt, en 7 ans il s’est vendu plus de 550 000 C5 contre … 750 000 Opel Insignia. A l’échelle européenne, le constat est encore plus attristant : 18 000 C5 vendues depuis le début de l’année contre plus de 220 000 Skoda Octavia ! La C5 semble donc avoir plus que fait son temps.

En proie à quelques difficultés, le Groupe PSA s’est engagé il y a quelques mois à réaliser un vaste plan d’économies qui passe entre autre par la réduction de l’offre du groupe. Chez Peugeot, cela se traduit par l’abandon (temporaire ?) du projet de renouvèlement du RCZ tandis que chez Citroën, le projet de renouvelement de la C5 a pris quelques années de retard. A un moment où le segment des familiales apparaît plus que jamais en crise, la marque aurait décidé de se concentrer sur des segments plus porteurs comme les citadines ou les SUV. Sachant par ailleurs que Citroën souhaite désormais se présenter comme une marque « essentielle », il apparaît clairement qu’une voiture statutaire à l’image d’une C5 n’aurait plus sa place. La marque serait donc tentée d’abandonner ce segment à Peugeot, mettant ainsi fin à une vaste lignée ayant comportée entre autre les Tractions, DS/ID au début puis GS, BX ou encore Xantia quelques années plus tard.

Peugeot souhaite monter en gamme, DS est devenue indépendant, conséquence de quoi Citroën se retrouve à jouer les seconds couteaux en prenant ce qu’il reste. En ajoutant à cela des ventes en baisse sur tous ses marchés et des nouveautés qui ne sont pas prévues au mieux avant 2016, on peut raisonnablement se demander si la période des vaches maigres n’est pas de retour pour Citroën…

Publié dans Citroën

Commenter cet article