Le retour de la Citroën Méhari

Publié le par Futura

Au terme d'une campagne de teasing, Citroën a levé le voile sur la cousine PSA de la Bluesummer, assemblée pour le compte de Bolloré en France, à Rennes. Véhicule devant symboliser la liberté et les loisirs, le nom retenu est évocateur : elle s'appelle E-Méhari.

Citroën E-Méhari

Le look original de l'E-Mehari est issu d'un curieux croisement entre une Bolloré Bluesummer et un Citroën C4 Cactus.

Comme son nom le laisse supposer, elle reprend directement l'esprit de la légendaire Méhari et se veut être tout aussi ingénieuse qu'elle. Planche de bord réduite à sa plus simple expression et carrosserie modulable thermoformée (non, on ne reprendra pas l'ABS de la Méhari...) ne sont pas les seuls points communs entre cette nouvelle voiture et la légendaire cousine de la 2cv : son intérieur est aussi lavable à grande eau !

Citroën E-Méhari

Depuis l'abandon de la C3 Pluriel en 2010, la gamme Citroën était privée d'un vrai cabriolet doté de 4 places. Ce manque semble désormais comblé.

Pour les aspects pratiques, la nouvelle venue se dote de 4 vraies places et d'une banquette rabattable. Pour l'hiver, elle pourra revêtir une capote amovible avec une fermeture au moyen d’un système d’occlusion latérale escamotable, qui joue donc le rappel de la bâche de la Méhari d'antan.

Courte mais haute, l'E-Méhari a une personnalité bien à elle. Notez le marche-pied installé sur le passage de roue arrière, référence directe à la Méhari des années 1960.

Comme sur la vraie Méhari, la nouvelle reprend la ridelle qui s'abaisse de haut en bas. Le dessin des feux n'amincit pas la ligne...

L'E-Méhari est une proche cousine de la Bolloré Bluesummer.

Basée sur la Bolloré Bluesummer, l'E-Mehari ne fait pas qu'en reprendre l'air général, elle reprend surtout son moteur et ses batteries car la nouvelle Méhari est une authentique électrique. Elle se dote donc des batteries sèches LMP développées par le Groupe Bolloré et peut rouler jusqu'à 110 km/h tout en ayant une autonomie de 200 km en cycle urbain, soit une autonomie suffisante pour un véhicule censé servir pour de petits trajets.

Traditionnel point qui fâche, les batterie se rechargent en 8h en 16A ou 13h sur les prises domestiques en 10A. Il n'y a donc aucune possibilité d'avoir une charge rapide... Par ailleurs, défaut connu, les batteries LMP nécessitent une température de fonctionnement de 70°, elles déchargent donc de 1,5%/heure lors d'un stationnement. Pour palier ce problème, Citroën proposera un mode hivernage limitant la décharge à 1% par mois mais qui nécessite en contrepartie une phase de sortie d'hivernage de 5 heures environ, le temps que la batterie remonte à sa température de fonctionnement.

Bien entendu, comme toutes les voitures "tendances", l'E-Méhari sera personnalisable, notamment au niveau de la livrée (beige, jaune, bleu, orange), de la toile (noire ou orangé) ainsi que des garnissages et harmonies intérieures, en choisissant notamment entre le beige et une couleur orangée.

Habitacle Citroën E-Méhari

Cette photo met en évidence le côté ultra simple de l'E-Méhari. Curieusement, elle reprend les commodos de la Bluesummer, eux-même issus ... de la Lancia Ypsilon !

Produite à Rennes-la-Janais, la Citroën E-Méhari sera commercialisée en France au printemps 2016. A l'usine, la cadence actuelle est de 5 véhicules par jour et, sans aller jusqu'à reproduire le succès de la Méhari originelle, on espère bien que cette E-Méhari puisse trouver son public. Encore inconnu, le tarif devrait être proche de celui de la Bolloré Bluesummer, soit environ 24 000€ ... plus la location des batteries !

Publié dans Citroën

Commenter cet article