L'histoire de la Rover 200, la compacte selon Rover

Publié le par Futura

Avec la Rover 25 on a trouvé un excellent cas d'école : comment faire du neuf avec du vieux ? En l'occurrence ici, comment une simple Rover 200 de 1996 a t-elle pu devenir Rover 25 et être produite jusqu'en 2011 ?

Mais avant de parler de Rover 25, il faut tout d'abord parler de la 200. Car c'est en effet de cette dernière dont dérive étroitement la 25 puisque ce n'est qu'un habil restylage. L'histoire de la 25 fera l'objet d'un second article mais avant commençons donc par le commencement et découvrons la fameuse Rover 200.

Le lancement

C'est à la fin de l'année 1995 que se dévoile la Rover 200, nouvelle berline compacte de Rover. Disponible en 3 et 5 portes, elle se présente comme une concurrente plutôt bourgeoise des Renault Clio, Peugeot 205 (et bientôt 206) et Opel Corsa. Bien qu'elle soit lancée sous l'ère BMW (qui a prit le contrôle de la marque en 1994), la 200 fut étudiée sous l'ère Honda, tout comme la 400. Elle remplace au sein de la gamme l'ancienne gamme 200 qui désignait une catégorie de berlines familiales et de cabriolets qui seront remplacés par ... la Rover 400 ! Toujours est-il que si sur le plan du style la nouvelle 200 n'a rien de révolutionnaire, elle réincarne néanmoins à merveille le style de la petite berline typiquement anglaise et complète une gamme très riche, qui part de la légendaire Mini et qui va jusqu'à la grosse 800, disponible en berline et coupé. Les lignes de 200 sont assez classiques : rondes, d'allure très british, la compacte se distingue par son habitacle, feutré et somme tout assez luxueux. A un époque où les citadines mesures rarement plus de 3 mètres 70, la 200 et ses 4 mètres fait aussi figure de géante et réserve logiquement une habitabilité supérieure à ses concurrentes.

La 200 a pour but non seulement de relancer Rover, BMW souhaitant qu'à terme Rover soit une marque placée légèrement en dessous des productions allemandes, mais aussi à de remplacer l'indéboulonable berline Rover 100, dernière Rover issue d'une Austin à savoir la Métro de 1980 !

http://www.autowp.ru/pictures/rover/200/autowp.ru_rover_200_5-door_5.jpg

http://www.autowp.ru/pictures/rover/200/autowp.ru_rover_200_5-door_15.jpg

Le style n'a rien de révolutionnaire, il demeure toutefois sobre et classieux. La nouvelle 200 impose une nouvelle philosophie chez Rover, celle des voitures discrètes et distinguées.

http://www.autowp.ru/pictures/rover/200/autowp.ru_rover_200_3-door_11.jpg

Si l'extérieur n'est pas spécialement révolutionnaire, l'intérieur surprend, et pour cause : jamais une Rover n'aura été aussi bien finie ! La qualité perçue fait un grand bond en avant, sans compter que l'équipement n'est pas pingre puisque l'airbag conducteur fait parti de la dotation de série !

Sous le capot

Au sein de la gamme 200, 6 motorisations étaient présentes. En essence, on attaquait avec un 1.1 de 75 ch, on continuait avec un 1.4 de 103 ch (partagé avec la Rover 400), un 1.6 de 111 ch et enfin un 1.7 de 145 ch coiffait la gamme. Côté diesel les clients avaient le choix entre un 2.0 Di de 86 ch ou un 2.0 SDi de 105 ch. Les années 1990 étaient encore l'époque on voyait dans une gamme de citadine plus de motorisations essence que de diesel...

Les blocs essence provenaient parfois de chez Honda tandis que les boites étaient signées PSA.

Ensemble de la carrière

La Rover 200 est lancée à l'automne 1995. Les débuts sont modestes et la 200 obtient son petit succès, bien aidée il faut le dire par sa qualité de finition. Les motorisations sont nombreuses mais beaucoup ne sont guères adaptées, à l'image du 2.0 Di assez bruyant et peu performant. Souhaitant que la 200 voit ses ventes augmenter significativement, Rover aura recours à plusieurs séries spéciales ou limitées. Ainsi, les BRM, Marine, Sealine, Heritage (un nom dont se souviendra Rover pour la 75...) ou encore Black Edition & Silver Edition vont se succéder au catalogue pour dynamiser les ventes.

De la 200 à la 25

Le succès de la 200 demeure toujours fort modeste, un peu trop d'ailleurs au goût de BMW puisque malgré le renouvellement d'une partie de la gamme, la marque au drakkar continue d'accumuler des pertes financières qui finissent par coûter cher à BMW. La sauce ne prenant pas, la firme bavaroise finit par jeter l'éponge en 2000 : Rover est revendu à la Phoenix Partner pour quelques £ symboliques. Chez Rover on avait pas prévu ça : comment financer à partir de là le remplacement de la 200 et surtout de la 400 ? Une solution va rapidement s'imposer : un restylage, un changement de nom pour s'adapter à la nouvelle 75 et voilà la 200 qui devient Rover 25 en 1999...

http://www.autowp.ru/pictures/rover/200/autowp.ru_rover_200_3-door_7.jpg

La 200 devait être remplacée au début des années 2000. Sans BMW pour assurer un soutien technique et financier, Rover se retrouve obligé de conserver et moderniser la 200. A partir de 1999 on ne parlera plus de Rover 200 mais bien de Rover 25, après un restylage.

Publié dans MG-Rover

Commenter cet article